arrow-topblue-arrowcontact-uscrosseyefacbeooklinkedinmailmicronextplayplusprevroll-eyerollstudiometatel-orangeteltwitter
Paris&Co en français  Paris&Co in english
Menu Fermer

#HackingParis2024 : Les pitchs du 50 Start-up Council au Hacking de l’Hôtel de Ville : Part II

27.03.2017

Dans l’après-midi du jeudi 16 mars, 17 start-up sélectionnées par 50 Partners et Paris & Co pitchaient dans la salle majestueuse du Conseil de Paris pour convaincre les investisseurs de financer leur projet au-delà d’un million d’euros.

La salle du Conseil de Paris investie par les start-up et investisseurs

Les start-up souhaitant lever jusqu’à un million d’euros sont recensées dans l’article “Les pitchs du 50 Start-up Council au Hacking de l’Hôtel de Ville : Part I”.

Les 17 start-up présentées en seconde partie :

• Bird Office : 4500 clients réservent désormais leur salle de réunion ou un lieu pour un événements à travers la plateforme. Elle se veut une véritable réservation d’expérience avec notamment des lofts en plein Paris et des centres de co-working.

• Datadome : 8 milliards $ annuels s’évaporent aux Etats-Unis en raison des bots et webscrappers, 50% du trafic internet mondial étant non humain. Datadome fonctionne comme un péage du trafic automatisé en séparant le trafic humain et non humain, analysant plus de 1 milliard de hits quotidien de façon instantanée, structurée et légale.

• Destygo : une interface de création permet aux plateformes de voyage de créer des chatbots pour répondre instantanément à 80% des demandes clients. L’interface de création ne demande aucune connaissance en code, s’intègre via une simple API et en SaaS.

• Diakse : la visite virtuelle en 3D de magasins afin d’augmenter le temps de visite et donc le volume d’achats.

• Fanvoice : une plateforme de co-création de produits afin de limiter les risques d’échec et diviser par deux le time to market. Elle propose des sprints avec utilisateurs, feedback, idéation, co-création et beta test.

• Getzuper : une solution d’optimisation d’économies personnelles bancaires extrêmement scalable, elle profitera de l’entrée en vigueur de la nouvelle législation bancaire européenne en 2018.

• Lemonway Africa : avec un taux de bancarisation de 11%, l’Afrique est très en avance dans le mobile money mais les services actuels restent pauvres. Lemonway ajoute des outils de paiement innovants, misant sur un continent où le taux d’équipement dépassera les 50% d’ici quelques années avec une classe moyenne représentant 25% de la population.

• Loansquare : cette plaforme sécurisée et mutualisée automatise et digitalise la gestion des financements pour l’aéronautique, les infrastructures comme le Grand Paris ou les besoins capitalistiques. Un marché aux outils devenus obsolètes avec de gros problèmes de communication inter-bancaires.

• MIP Robotics : une technologie propriétaire unique réinvente la robotique industrielle de façon collaborative. Le MIP Junior 300 s’installe rapidement, est non dangereux et vite rentabilisé. Il réduit la pénibilité, augmente la production, réduit les coûts, et améliore la compétitivité.

• Moijo : 70 à 80% du temps global d’un match de tennis se compose de temps morts. Moijo utilise un logiciel pour couper ces temps morts et créer automatiquement des résumés de match. Il peut également proposer les points décisifs ou spectaculaires du match grâce à ses algorithmes d’analyse des échanges, augmentant ainsi le visionnage des replays et les revenus publicitaires liés.

• OneSitu : en lien avec la ville durable, OneSitu permet de s’informer, réserver et payer en ligne son stationnement. La ville de Paris teste cette solution avec une rue connectée vers Bercy, une aire de livraison connectée rue de Rennes et un parking d’autocars de tourisme au Grand Palais. L’enjeu est celui de la fluidité du stationnement mais également de la fraude, avec un manque à gagner de 300 millions € annuels à Paris.

• Pzartech : une vaste base de données identifie les pièces détachées des constructeurs partenaires dans la maintenance industrielle, à partir d’une simple photo envoyée par un opérateur. La réception d’informations sur la pièce et la commande sont intégrés au système.

• ScanAd : la plateforme s’appuie sur le mobile pour transformer tous les supports en occasion d’engager. Un véritable Shazam des contenus grâce à la reconnaissance mobile multi-signaux, avec des espaces monétisables.

• Seekube : une application événementielles de recrutement en ligne. Le job dating peut durer plusieurs jours avec de la visio-conférence et permet aux écoles et entreprises d’organiser des événements.

• Stample : l’optimisation du partage des connaissances en entreprise afin de trouver la bonne information au bon moment, éviter le travail dupliqué et la dispersion du savoir (email, chat).

• Supermood : cette plateforme Saas pour les RH vise les 70% de salariés désengagés au travail avec un score d’engagement global, une fonctionnalité de micro-feedback ainsi qu’un système de reconnaissance entre les pairs. Il est possible de gérer l’engagement, un contexte, une population ciblée ou des silos, aussi bien côté RH que management, avec des verbatims, de la data et l’évolution par collaborateur.

• ZaveApp : une application permettant d’économiser de l’argent à partir d’objectifs prédéfinis.

Article rédigé par Laurent Maurice, étudiant du MBA DMB de l'EFAP Paris, aussi disponible sur https://medium.com/en-reportage-au-hacking-de-lh%C3%B4tel-de-ville-2017/les-pitchs-du-50-startups-council-au-hacking-de-lh%C3%B4tel-de-ville-part-ii-a5885016077b#.cynnz5e2c

Et pour revivre l'intégralité du Hacking de l'Hôtel de Ville 2017, c'est par ici !